56k
English
Biographie Catalogue Discographie Partitions ecouter Presse Actualités Liens Contact
Presse
________




CDs
_____
Partitions
_________
Concerts
____________
Autres articles
______________
Presse - Concerts :


Concert de l'ensemble Hélios avec Broken words de Sophie Lacaze : '...  Broken Words (2000) de Sophie Lacaze, serait-elle en train d’accéder au statut de classique ? ...'

Crescendo Magazine, Mars 2020
Article complet ici


Concert de l'ensemble PTYX autour d'oeuvres de Sophie Lacaze : '... Grand moment d'évasion musicale... Simplicité, humour décalé, évasion et grande beauté pour ce concert....'

La Nouvelle République du Centre, Janvier 2020
Article complet ici
'... La symbiose est étonnante entre l'instrument et les trois voix quand le quatuor interprète la remarquable partition de Sophie Lacaze, Je vois passer l'ange. La finesse et l'élégance d'écriture...'

M. B. Flous, ResMusica, Novembre 2019
Article complet ici
'En 2009, pour les dix ans du Grand Prix, nous n'avions pas un, mais deux lauréats : Sophie Lacaze et Richard Dubugnon... Leurs créations étaient donc à l'affiche cette année. Ils ont chacun écrit une oeuvre pour flûtes, interprétée avec brio par les 24 instrumentistes de l'Orchestre de Flûtes Français fondé par Pierre-Yves Artaud et dirigé ici par Paul Méfano.
L'Espace et la Flûte
Il est peu de dire qu'il s'agit de l'instrument de prédilection de la compositrice, qui en a élargi le répertoire avec pas moins d'une dizaine d'oeuvres. Sa création pour le Grand Prix, L'Espace et la Flûte, consiste en un thème et variations sur le poème surréaliste de Jean Tardieu (1903 - 1995), écrit à partir de dessins de Picasso, qui fut dit par l'excellent comédien Alain Carré. Une musique à caractère ludique qui fait se rejoindre le figuratif (crissements d'insectes, par exemple !) et de belles couleurs sonores.'

E. Fottorino, La Lettre du Musicien, Avril 2010

'... Puis "Duo" de Sophie Lacaze, très belle voix de Kiyoko Okada et magnifique travail de sons mémorisés qui entrent en résonnance, se dédoublent, s'entrecroisent... Pour "Voices of Australia", je me suis laissée aller au plaisir de l'instant : les chaises longues, le ciel ouvert, les arbres et la pierre chaude sous les pieds. Une infinie douceur pour nous laisser porter à l'écoute...
Pour "Archélogos I" et "Archèlogos II" ... des sonorités surprenantes parce que désincarnées de la fluidité que l'on a l'habitude d'entendre...'

Pascale Routier, journal du Son MiRé, Août 2007


'La musique actuelle ne pouvait manquer dans ce concert aux résonances multiples; le plaisir de la découverte nous vint de la jeune compositrice Sophie Lacaze, dont les "voix australiennes" pour flûte et voix pré-enregistrées, mélangent les rythmes et sonorités étranges et mystérieuses des cris d'oiseaux aux voix humaines... cette symbiose des voix vivantes réalisée comme un montage électronique avait la saveur des innombrables appels de la vie".

Hilda Van Hell, presse luxembourgeoise, Août 2006


'Ce rêve musical est une approche subtile des origines du monde' (à propos de Dreaming).

le Progrès, Août 2004


'une oeuvre de Sophie Lacaze... "Broken Words" spécialement écrite pour le quatuor Helios : un moment magique pour la manifestation qui indique que le XXIe siècle débute sous le signe de la femme...'

la Montagne, Août 2002


'mystérieux quatuor "Broken Words" de Sophie Lacaze, musique aux rythmes inventifs et aux moyens sonores inédits, inspirée par le quasi-silence et les violences de l'immensité australienne... subtil...'

C. Géliot, Septembre 2001


'Another intriguing trio was "Comme une rue pavée" for violin, clarinet and piano by French composer Sophie Lacaze, an atmospheric piece in which the musical interest is nicely spread between the three instruments.'

W.L. Hoffmann, The Canberra Times, December 1, 1999


'"La Vita è Bella ?" revealed music of fluent charm and the kind of originality that can sometimes accompany modesty.'

R. Chapman-Smith, The Advertiser, October 12, 1999


'Interprétation exceptionnelle des "trois mélodies" pour voix et trio à cordes de Lacaze, dont la tension et l'émotion saisirent le public...'

L. Camensuli, la Dépêche du Midi, Février 1993